« Cette tension qui dégonfle la balle Orange ! », Par Mor Bassine Niang

Le basketball sénégalais est secoué ces derniers jours par « l’Affaire Baba Tandian », du nom de l’ancien président de la Fédération sénégalaise de basketball suspendu pour 10 ans. Une décision qui a fini de replonger la discipline dans des querelles. Grand spécialiste du basketball pour avoir été depuis fort longtemps dans la discipline, le journaliste sportif Mor Bassine Niang nous livre ici son analyse.

« Cette tension qui dégonfle la balle Orange », Par Mor Bassine Niang, Journaliste Sportif – Quotidien RECORD

Le quotidien du basketball sénégalais se résume ou presque en ces termes : querelles de bas étages, batailles de positionnement, attaques ou contre-attaques, diffamations, entre autres bassesses. Ils ont oublié la quintessence de leur mission, le rôle principal qu’ils doivent jouer, le legs pour les générations futures comme l’ont si bien fait leurs devanciers. L’environnement est dégueulasse car les intérêts personnels ont pris le dessus sur ceux de la communauté. Il suffit d’occuper une petite fonction dans l’une des instances du basket pour changer de discours. Dans ce monde «orange», peu de personnes sont constantes. Alors que les chantiers sont nombreux pour bâtir un basket fort, dynamique et conquérant.

Ces dernières saisons, les tensions se sont multipliées et elles opposent souvent la Fédération à certains responsables de clubs ou autres voix autorisées. L’affaire Baba tandian – FSBB est un exemple patent. LE président de SLBC a été suspendu pour 10 ans pour plusieurs motifs : atteinte à l’honneur et à la crédibilité de la FSBB, mais aussi pour ses nombreuses attaques à l’endroit de l’institution. L’homme d’affaires envisage d’aller jusqu’au bout de ce combat contre qu’il qualifie d’injustice. Ce dossier est loin de connaître son épilogue, mais il est moins important face aux attentes du peuple «orange». Dans un combat de grands garçons, les tout-pe- tits sans armes, doivent penser à leur survie et à celles de leurs semblables.

Le développement du basket doit être le seul combat valable. Les gens se chamaillent, se décrédibilisent, s’entredéchirent pour des fonctions, des primes, les privilèges des voyages. Bon nombre d’entre eux veulent aujourd’hui profiter des largesses du basket, avoir de fortes primes, 17 millions comme lors du dernier Afrobasket dames, entre autres récompenses. c’est vrai que tous n’ont pas les mêmes objectifs, d’autres peuvent se payer le luxe de voyager partout dans le monde ou de s’offrir une belle voiture sans l’argent du ballon de Molten, Splading ou autres marques…

Dans ce basket, on aura tout vu : des faiseurs et défaiseurs de président, des tireurs d’élite devenus des donneurs de leçons… Il faut avoir la mémoire courte pour nous faire croire certaines choses. Rares sont les personnes qui peuvent se targuer de ne pas avoir jamais bénéficié des faveurs du basket, des différentes fédérations ou structures déconcentrées… Levez la main ! Combien de personnes sont prêtes à mettre des millions sans rien attendre. La liste ne dépassera pas 20 personnes, car certains prennent le basket comme un compte épargne ou une assurance-millions. L’hypocrisie est aussi l’un des maux du basket, car chacun cherche à plaire à l’autre, même s’il ne partage pas ses convictions.

« Assises » sur les textes 

La prochaine assemblée générale de la Fédération aura lieu en 2023. Et on parle de réformer les textes et de dévolution clanique. Inutile de gaspiller du temps et de l’énergie, car le dernier mot reviendra aux clubs. Ils prendront sans doute la bonne décision pour leur survie. Le basket aussi ne peut pas être la seule exception, car les textes actuels ont été faits par le comité de normalisation du basket sénégalais (CNBS). A l’époque, ils étaient tous d’accord sur la qualité du document, sauf Baba tandian, dont la candidature a été rejetée en 2015 par l’article 18 des statuts de la FSBB. «(…). Le mandataire doit être membre du bureau de son association et son nom doit figurer sur le formulaire d’affiliation de la saison sportive en cours. Tout dirigeant de la Fédération ou de ses démembrements qui a commis directement ou indirectement une faute grave ayant conduit à la sanction de la Fédération par le ministère des sports ou la FIBA, devient inéligible pour une durée de quatre ans à partir de la notification de la sanction », lit-on.

Le débat sur les textes a refait surface après la sanction infligée à M. Tandian. Ses collaborateurs et défenseurs jugent impertinents la décision du Bureau fédral et pointent du doigt les textes. Pendant ce temps, le Bureau fédéral défend bec et ongle sa position avec des preuves à l’appui et en citant mêmes les règlements de la FIBA. Dans une certaine presse, le président de la Fédération, Me Babacar Ndiaye, a émis le souhait de réformer les textes pour permettre au Sénégal de briguer des postes sur le plan international. Cette sortie a réveillé la stupeur et l’indignation de certains qui voient cela comme une tentative de tripatouillage des textes. Le débat faisait rage sur les réseaux sociaux et chaque camp défendait sa position.

Le Bureau fédéral a des prérogatives, proposer des réformes au comité directeur qui se doit de les soumettre à l’assemblée générale, seule instance souveraine dans toute association ou structure sportive. Délégataire de pouvoirs, la Fédération a l’obligation de rendre compte à la base, d’organiser régulièrement ses instances, d’être impartiale dans ses prises de décision, agir avec rigueur dans la gestion des affaires courantes, mais aussi jeter les bases d’un renouveau du basket. Si ces éléments ne suivent pas, la masse ne se privera de critiquer. Parfois, les critiques prennent une tournure personnelle et c’est ça qui fausse le débat.

C’est vrai qu’il existe toujours des problèmes dans une «famille», si on peut encore l’appeler ainsi le milieu du basket, mais il faut du cran, de la retenue, privilégier le consensus, le dialogue pour rebondir vers un futur radieux et avec un esprit conquérant. Une concertation nationale sur les textes du basket s’impose aujourd’hui pour savoir ce qu’on veut et où on veut aller.

Les défis du futur

En lorgnant les postes futurs, l’argent, les privilèges de quelque nature que ce soit, ils oublient la mission primordiale, hisser le basket au sommet, relancer sa pratique à tous les niveaux, former des cadres administratifs, des arbitres de qualité, bâtir un centre de formation national pour assurer la relève, mettre en place un championnat professionnel masculin et féminin, restructurer la D2, créer aussi des championnats N1 et N2… A cela, il faut ajouter la restructuration des clubs, l’administration centrale du basket, l’ouverture à toutes les compétences internes ou externes pour relever les défis du développement, dont le plus important est l’indépendance financière.

Cela passe inéluctablement par une communication maîtrisée qui permettra aux sponsors d’investir dans le basket. C’est ce qu’on attend de la Fédération, mais aussi des acteurs qui mettent des millions chaque saison dans leurs clubs respectifs. Il ne suffit pas de pointer du doigt les manquements de la structure, il faut proposer des pistes de réflexion pour une économie du basket forte. L’expertise est là, mais les querelles nous dévient souvent du droit chemin.

En cette période de pandémie, l’urgence devait être ailleurs, mais comme dans «notre» basket on sait ce qui se passera dans trois ans… Les agitations, les tentatives de déstabilisation, les at- taques, les calomnies, les insultes et autres insanités animent le quotidien. Pourquoi ne pas réunir toutes ces énergies autour de l’essentiel qui est de redorer l’image de marque de cette discipline puissante avec 16 trophées continentales, dont 11 pour les lionnes.

Le basket a valu de grandes satisfactions au Sénégal, dont la compétence de ses fils et filles n’est plus à démontrer. Abdoulaye Sèye «Moreau», Bonaventure Carvalho, Mbaye Guèye, Alioune Diop, Abdourahmane Ndiaye «Adidas», Mathieu Faye, Rokhaya Pouye «Aya», Amadou Gallo Fall, Moustapha Gaye,… sont parmi d’autres figures qui font la fierté de notre basket.

Par ailleurs, il est notoire que la balle orange a fait des progrès ces dernières années. Le sénégal est dans la catégorie A des fédérations africaines. Les lionnes sont sur le podium depuis 2015, année de leur dernier sacre. Les lions sont 3èmes du dernier Afrobasket, conjointement organisé par le Sénégal avec la Tunisie. Ils ont pris part à la dernière Coupe du monde en Chine et prendront part aux Tournois de qualification olympique.

Sur le plan national, les ligues et autres structures ont été équipées et dotées de matériels didactiques. Les U18 garçons ont repris du service après des années d’absence sur le plan international. Ils ont même disputé le Mondial U19 en Grèce.

Tout n’est pas si mauvais, ni… rose. On peut mieux faire…

Mor Bassine NIANG

Mor Bassine NIANG
Aimez et partagez svp:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *