28 February 2024

Basket 221

Actualités du basketball Sénégalais et International

BASKET221

Finale U18 Féminin. Qui de l’Égypte ou du Mali décrochera le titre continental ?

L’Égypte et le Mali disputeront ce samedi à 14h30 GMT la grande finale du Championnat d’Afrique Féminin U18 FIBA 2022 au Gymnase couvert d’Antsirabe.

Le Mali a remporté sept fois la compétition, contre deux pour l’Égypte. Les deux nations se sont affrontées à trois reprises en finale (2014, 2016 et 2020). Sur les trois finales, qui ont par hasard toutes eu lieu au Caire (Égypte), les Maliennes se sont imposées deux fois. Ce sont cependant les Égyptiennes qui ont remporté la dernière. 

Le Mali et l’Égypte, qui ont du même coup obtenu leur qualification pour la Coupe du Monde Féminine U19 FIBA 2023 en Espagne, ont une nouvelle fois été les deux meilleures équipes de leur catégorie d’âge et elles ont connu toutes les deux un parcours similaire jusqu’à la finale. Du début à la fin de la compétition, les deux nations ont battu toutes leurs adversaires de plus de 20 points.

L’ailière Maimouna Haidara a été la leader incontestée du Mali, cumulant les double-doubles tout au long du tournoi. La joueuse basée en Espagne s’est montrée plus d’une fois inarrêtable et elle est en tête de plusieurs statistiques.

Le Mali aura besoin de toute sa verve offensive en finale, mais il pourra aussi compter sur les ailières Sira Thienou et Kamite Dabou, qui se sont également révélées efficaces pour les championnes d’Afrique de 2018.

Le coach du Mali Sori Diakite a confiance en toutes ses joueuses et il est convaincu que tout ne dépendra pas de Haidara :

« Maimouna n’est pas seule. J’ai 12 autres jeunes filles qui sont capables de jouer, donc suivez bien cette rencontre. Vous verrez que nous ne dépendons pas que d’une seule joueuse », a lâché Diakite après la victoire du Mali contre l’Angola jeudi.

L’Égypte aligne elle deux Janas : Elalfy et Sallman. Tout comme Haidara, Elalfy est considérée comme l’une des plus sérieuses candidates au titre de MVP du tournoi. Sa formidable 2e mi-temps contre l’Angola a prouvé toutes les ressources morales dont elle dispose.

Dans le dernier match du Groupe B contre l’Angola lundi, Elalfy a commis trois fautes durant le premier quart-temps, se voyant contrainte de passer pas mal de temps sur le banc. Lors des 3e et 4e périodes, elle est restée disciplinée et elle a inscrit 11 points au cours des 10 dernières minutes pour aider son équipe à s’imposer. C’est ce genre d’attitudes dont aura besoin l’Égypte pour aller décrocher un 3e titre continental.

Sallman, pour sa part, est plus discrète, mais elle n’en est pas moins redoutable, avec de nombreux double-doubles depuis le début de la compétition. Il n’y a rien de surprenant à la retrouver parmi les trois meilleures joueuses de l’événement. Elle est très talentueuse au poste bas et elle est extrêmement mobile.

La joueuse du Shooting Club Dokki est très forte aux rebonds. L’Égypte possède donc une seconde basketteuse capable de l’aider à monter sur la plus haute marche du podium.

Le coach Mostafa Hadhood utilise le même discours que Diakite au moment d’évoquer son effectif :

« Je dispose de 12 joueuses talentueuses. Mon équipe ne dépend pas que de Jana Elalfy et de Jana Sallman. Ce sont deux formidables athlètes, mais elles font partie d’un système. Elles sont précieuses aux rebonds et au scoring », a commenté Hadhood après la victoire contre Madagascar jeudi.

La présence de ces deux équipes en finale n’a rien de surprenant, tant elles ont dominé leurs adversaires depuis le début du tournoi. Mais samedi, seule l’une des deux sera couronnée championne d’Afrique.

FIBA