21 octobre 2020

Basket 221

Actualités du basketball Sénégalais et International

LeBron James : “Je crois que me dire que j’ai quelque chose à prouver, ça me booste”

Des mois durant LeBron James a ponctué ses posts Instagram d’un hashtag sans équivoque : #RevengeSeason. La couleur était annoncée, alors qu’il sortait d’une première année sans playoffs en 14 ans. Pour sa première sous le maillot Purple & Gold forcément, cela faisait un peu tache. Un an et demi plus tard, la prophétie est accomplie. Les Lakers sont champions NBA. Et alors qu’il avait déclaré en 2016 n’avoir plus rien à prouver, cette année 2019-20 a été particulière à bien des égards.

« Je crois que me dire que j’ai quelque chose à prouver, ça me booste. Ça m’a boosté sur cette année et demie écoulée, depuis ma blessure. Ça a été une motivation pour moi parce que peu importe ce que j’ai fait dans ma carrière jusque-là, il y a toujours des murmures de doute ou des comparaisons par rapport à ma place dans l’histoire, est-ce qu’il a fait ci, est-ce qu’il a fait ça… Donc avec tout ça dans la tête, tout ça à l’esprit, je me dis à moi-même, pourquoi ne pas avoir encore quelque chose à prouver, et ça me nourrit, je pense. » LeBron James

Premier joueur de l’histoire à être élu MVP des Finales (pour la 4ème fois de sa carrière, comme Magic JohnsonTim Duncan et Shaquille O’Neal : seul Michael Jordan a fait mieux avec 6) avec trois franchises différentes, James a désormais plus de bagues en carrière que n’importe quel joueur en activité.

S’il avait déclaré mi-août que ce seraient probablement les playoffs les plus difficiles de sa carrière, ne comptez pas sur lui pour classer ce titre au-dessus des autres ou dire qu’il a en effet été plus compliqué que les autres à conquérir.

“Chaque titre est spécial en soi. Ils ont tous eu leurs obstacles, il y a eu à chaque fois des choses qui se sont passées sur et en dehors du terrain au cours de la saison. Je ne peux pas être planté là à dire que celui-ci était plus difficile que les autres ou qu’il a représenté le plus gros défi. Je peux simplement dire que je n’avais jamais gagné dans ces conditions. Aucun d’entre nous ne l’avait fait. Nous n’avions jamais vécu ça. Si vous êtes là depuis le début, c’est-à-dire le 9 juillet. Notre équipe est arrivée ici le 9 juillet et là nous sommes le 11 octobre. Donc c’est un grand défi et c’est difficile. Cela joue des tours à votre esprit. Cela joue des tours à votre corps. Vous êtes loin des choses auxquelles vous êtes habitués et qui font en sorte que vous êtes le professionnel que vous êtes. Donc bien sûr il est tout là-haut. J’ai entendu des gens qui ne sont pas dans la bulle dire : ‘Oh, vous n’avez pas les voyages ou je ne sais quoi.’ Les gens doutent de ce qui se passe ici. C’est là-haut avec les plus grands accomplissements de ma carrière.” LeBron James

Ce titre il l’a partagé avec celui sans qui cela n’aurait sans doute pas été possible : Anthony Davis. Avant même le buzzer final, le King est allé enlacer Anthony Davis, en le chambrant un peu, ce qui a donné cette belle image.

“Cela m’a rappelé mon premier titre en 2012, cette excitation, ce ‘Je n’arrive pas à y croire.’ Je me suis vu, le LeBron de 27 ans, AD a 27 ans. Je me suis vu. Et la signification de ce titre c’était en gros la validation de tout le travail que j’avais effectué, de la façon dont je joue au basket, de comment on m’avait enseigné à jouer au basket lorsque j’ai commencé, à 8 ans, que c’était possible de jouer comme ça et de gagner. Peu importe ce que les gens me disaient, que je devais peut-être shooter plus, que je devais peut-être faire plus comme ceci, comme cela, cela m’a fait savoir que jouer au basket comme on me l’avait enseigner, de la bonne façon, cela donnait des résultats. Puis cela booste votre confiance. Je ne dis pas qu’AD n’a pas déjà la confiance, mais elle passe à un tout autre niveau.” LeBron