28 janvier 2021

Basket 221

Actualités du basketball Sénégalais et International

Prise en charge des équipes nationales : Le basket interpelle le chef de l’État

Les sélections nationales de basket voyagent dans des conditions difficiles. Elles font pratiquement le tour du monde pour aller défendre les couleurs nationales. Si des efforts ont été faits dans la prise en charge des équipes, il reste des choses à parfaire pour répondre aux exigences du haut niveau.

Les lions ont souffert avant de rejoindre Kigali pour la fenêtre des Éliminatoires de l’Afrobasket masculin 2021. Si le sélectionneur Boniface Ndong a fait un long périple : États-Unis – Togo – Éthiopie – Rwanda en près de 72 heures, ses joueurs ont vécu pareille situation en effectuant 72 ou 96 heures de voyage et dans des conditions extrêmement pénibles. Et en classe économique pour des géants de 2m11 comme Youssou Ndoye ! Ce dernier est resté deux ou trois jours pour sentir pleinement ses jambes. Cela s’est fait ressentir lors des deux premiers matches contre le Kenya et le Mozambique. « On ne peut pas rester sans rien faire face à cette situation. Les titres de voyage ne sont pas émis à temps et on voyage dans des conditions difficiles. On nous met dans des classes économiques et c’est inconfortables pour des gaillards de 2m20. Le football a des vols spéciaux, on ne demande pas ça, mais plus de confort », fulmine une source.

Et notre interlocuteur de poursuivre : « On veut gagner le titre en 2021 et cela suppose des conditions adéquates. L’Etat doit trouver des solutions pour la disponibilité des titres de voyage au moins 5 jours avant pour permettre aux joueurs et au staff de mieux se préparer. En plus, on ne peut pas continuer à mettre nos joueurs dans des classes économiques. Si tu as un joueur comme Tacki Fall (2m31), ce sera impossible de le mettre en classe économique. Il faut revoir les conditions, si l’on veut revenir au premier plan ».

« Conditions difficiles »

A cause des conditions difficiles, certains joueurs ne sont pas prêts à venir en février pour aller à Luanda ou Maputo. « On a souffert durant la fenêtre de Novembre. On dormait dans les aéroports car les conditions sont difficiles. On aimerait jouer à Dakar devant notre public, mais aussi pour éviter les longs et pénibles voyages, nous souffle-t-on.

Pour aller en Égypte, les sélections U18 filles et garçons ont fait le trajet Dakar – Addis-Abeba – Le Caire. Ce qui témoigne des conditions exécrables de voyage. Le haut niveau exige beaucoup de choses et le Sénégal est encore en retard dans ce domaine. On ne pourra pas rivaliser avec la Tunisie et le Nigéria, si on n’est pas en mesure de régler des questions aussi basiques que le transport. Selon d’aucuns dans le milieu de la balle orange, le président Macky Sall doit prendre en charge cette question pour avoir au moins un retour sur investissement. Il a beaucoup fait en terme d’accompagnement et de construction d’infrastructures et mérite au moins des titres continentaux.

Source : Mor Bassine Niang / RECORD