Christ Koumadje, le géant tchadien qui tutoie la NBA

Christ Koumadje vient d’être élu défenseur de l’année en G League, une ligue mineure de basket-ball affiliée à la NBA. À 24 ans, ce géant de 2 mètres 24 compte bien devenir le premier Tchadien à intégrer le prestigieux championnat nord-américain.

L’histoire de Christ Koumadje ressemble à celles de beaucoup de basketteurs africains passés par la prestigieuse ligue nord-américaine (NBA) : des débuts très tardifs dans ce sport, une détection lors d’un camp, une bourse pour aller étudier aux États-Unis. Mais, contrairement au Nigérian Hakeem Olajuwon, au Congolais Dikembe Mutombo ou au Camerounais Pascal Siakam, ce géant de 224 centimètres n’a pas encore intégré la NBA. Il a même été retoqué à l’été 2019, lors de la session annuelle de recrutement (draft), à l’instar du Sénégalais Tacko Fall.

« C’était un peu décevant. Mais tu n’as pas le choix. Tu dois continuer à bosser », philosophe Christ Koumadje. Le pivot, qui a fêté ses 24 ans le 6 juillet 2020, peut cependant croire en ses chances de devenir le premier Tchadien en NBA. Le natif de Sahr (Sud du Tchad) a en effet été désigné défenseur de l’année en G League, l’antichambre de la NBA, avec les Blue Coats du Delaware, grâce des moyennes par match de 11,3 points, 10,9 rebonds et surtout 4 contres. « Ça représente vraiment beaucoup pour moi, lorsqu’on voit où j’ai commencé », sourit l’intéressé.

Repéré sur un marché de Dakar

Le Tchad et les Tchadiens brillent rarement sur la scène sportive internationale. En basket, les Sao n’ont ainsi disputé qu’une phase finale du Championnat d’Afrique (Afrobasket). Et le ballon rond occupe l’essentiel des pensées, rappelle Christ Koumadje. « Comme beaucoup d’enfants en Afrique, je jouais au foot. J’ai aussi fait de l’athlétisme. Mais vers 15-16 ans, j’ai commencé à prendre de la taille. J’ai un oncle qui m’a alors conseillé de jouer au basket. J’étais devenu un peu trop grand pour le foot. J’ai donc commencé à m’entraîner. Je n’étais pas vraiment doué. Mais avec le temps, ça a mieux été », rit-il.

Il faut toutefois encore un coup de pouce du destin pour que le gamin perce dans cette discipline. « En 2012, je suis parti à Dakar pour étudier, raconte-t-il. Un jour, j’ai rencontré là-bas Monsieur Ibrahima Ndiaye. C’est le manager de l’équipe Flyingstar Academy de Dakar. C’est lui qui m’a remarqué sur un marché. Il est venu me voir et m’a dit : ‘Tu as de la taille ! Est-ce que tu joues au basket ?’ Je me suis entraîné avec son équipe pendant 4-5 mois, avant d’avoir une bourse pour rejoindre la Montverde Academy, en 2013 ».

Ce lycée, situé en Floride (Sud-Est des États-Unis), a vu passer plusieurs autres basketteurs africains, comme les Camerounais Luc Mbah a Moute ou Joel Embiid. Mais, comme eux, le Tchadien a eu du mal à s’acclimater. « Ça a été un peu dur, entre la langue et la bouffe, rigole-t-il aujourd’hui. Ici, le quotidien est très différent de mon style de vie en Afrique ».

Rejoindre Joël Embiid à Philadelphie

Côté parquets, l’adaptation n’a pas été simple non plus. Son profil de joueur immense est moins recherché que par le passé. « Beaucoup d’équipes se tournent désormais vers des pivots plus petits, plus mobiles et qui tirent à 3 points, résume-t-il. Des équipes ont changé la manière de jouer en NBA, comme Golden State ou Houston. Ils n’utilisent plus de grands (sic). Le jeu a vraiment changé ces 3-4 dernières années ».

En fin de contrat avec les Blue Coats, Christ Koumadje reste toutefois persuadé que ses prestations en G League le porteront vers le niveau supérieur. « J’espère vraiment que la saison prochaine, j’aurais une chance d’évoluer en NBA, que ce soit à Philadelphie ou pas, lance ce fan de LeBron James et Olajuwon. J’aimerais bien que ce soit à ‘Phily’, où les Blue Coats sont affiliés. Mais comme je suis libre de tout contrat, je peux signer avec n’importe quelle équipe ». Il ajoute : « C’est vraiment important, ne serait-ce que pour inspirer les jeunes au Tchad, leur montrer qu’en travaillant ils peuvent arriver à ce niveau. »

Ce fils de vendeuse et de fonctionnaire, qui a deux frères et une sœur, espère  ainsi hisser haut les couleurs de son pays. « Avec mon succès, inshallah, je pourrais encore élever le niveau du basket-ball tchadien. »

RFI



Aimez et partagez svp:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *